Médecin, guérisseur, sage-femme, sorcière : comment le mouvement pour la santé des femmes a créé le mythe de la sage-femme-sorcière

En 1973, Barbara Ehrenreich et Dierdre English, deux universitaires actives dans le mouvement pour la santé des femmes rédigèrent une brochure à lire par les femmes dans les groupes de lecture de sensibilisation. La brochure, inspirée de Our Bodies, Ourselves, se tournait vers l’histoire pour expliquer comment les femmes avaient été marginalisées dans leurs propres soins de santé. Elles soutenaient que les femmes représentaient autrefois une partie importante des professions médicales en tant que sages-femmes, mais que celles-ci avaient été forcées d’abandonner leur pratique parce que si souvent considérées comme sorcières et persécutées par le patriarcat sous la forme de l’Église catholique. L’idée que les sages-femmes étaient régulièrement accusées de sorcellerie paraissait si évidente qu’elle est rapidement devenue un fait. Il n’y avait qu’un problème : ce n’était pas vrai. Dans cet épisode, nous suivons l’histoire alambiquée de l’origine du mythe de la sage-femme-sorcière.

Doctor, Healer, Midwife, Witch: How the the Women’s Health Movement Created the Myth of the Midwife-Witch“, en ligne le 6 septembre 2020,
Écriture et recherche par Sarah Handley-Cousins, PhD.
Podcast et transcription du podcast (en anglais) ICI.