La naissance au risque de la mort. D’hier à aujourd’hui

Les actes du colloque 2016 de la SHN viennent de paraître chez Érès dans la collection 1001BB, sous le titre “La naissance au risque de la mort. D’hier à aujourd’hui”.

De nombreux rites, traditions populaires et dictons anciens illustrent la redoutable proximité entre le moment de la naissance et celui de la mort, et attestent de la conscience du danger qui menace la future mère et son enfant.
Mort de la mère qui ne verra pas grandir son enfant, mort-né qui n’a pas eu le temps de naître, mort du nouveau-né qui n’a pas eu le temps de vivre. Historiquement, la lutte des soignants pour faire baisser la mortalité des mères et des nouveau-nés a été un long combat qui a légitimé peu à peu les avancées de la médicalisation de l’accouchement.
Si, aujourd’hui, la mort en couches a presque disparu, la mort néonatale et périnatale est toujours présente et a été longtemps traitée avec une apparente indifférence. Les analyses et témoignages de soignants, de psychologues, de sociologues et de parents nous montrent comment, depuis les années 1990, de nouvelles pratiques ont remplacé l’évitement traditionnel. Institués par les endeuillés eux-mêmes, réunis en associations ou regroupés sur internet, de nouveaux discours, gestes et rituels ont été inventés autour des tout-petits morts.

Sous la direction de Marie-France Morel, avec la participation de Willy Belhassen, Jeanne Bethuys, Chantal Birman, July Bouhallier, Françoise Bourdais, Paul Cesbron, Francine Dauphin, Jacques Gélis, Marie-Hélène Lahaye, Maï Le Dû, Joëlle Le Goff, Catherine Le Grand-Sébille, Françoise Molénat, Pascale Mormiche, Laurence Pavie et l’association Petite Émilie, Danielle Rapoport, Catherine Ruchon, Nathalie Sage Pranchère, Claudine Schalck, Valérie Worth-Stylianou, Sylvie Zylka.